Le goût de la limace

Publié le par Martine

Le goût de la limace

J'aime découvrir de nouveaux auteurs, leur univers, leurs écrits. Ma rencontre avec Zoé Derleyn, artiste peintre née à Bruxelles qui publie son premier recueil de nouvelles chez Quadrature, m'a littéralement comblée.

J'ai apprécié ces univers singuliers, particuliers, qu'elle a créés pour chacune des dix nouvelles qui composent cet ouvrage. Des univers qui nous sont familiers et qui, sous ses mots, revêtent un aspect des plus inattendus, surprenants, étranges, simplement parce que la nouvelliste y fait évoluer ses personnages et que, même si on a l'impression de les connaître, de les avoir croisés, eh bien! ce ne sont pas eux, ou du moins pas tels qu'on pensait qu'ils étaient. Chacun, chacune a sa part d'ombre et de lumière qui ne se révèle qu'à ce moment précis de l'histoire, de cette histoire, de son histoire.

Je pourrai très bien vous parler de chacune de ces nouvelles parce que chacune d'elle m'a touchée, émue, bousculée, percutée aussi, et interrogée. Mais je ne le ferai pas parce que je pense sincèrement que tout le monde doit lire ce recueil. Et tout le monde, c'est vous qui me lisez à cet instant sur ce blog. C'est vous qui allez lire aussi ce recueil. Et c'est vous encore qui allez en parler à votre tour et inviter d'autres personnes et d'autres encore à lire ce recueil dans un beau message de transmission.

Ce recueil, c'est une sensibilité à vif, à fleur de peau. C'est aussi un écho à l'actualité de ces derniers jours, même si je ne pense pas que cela l'ait été voulu ainsi, simple coïncidence donc. Ce recueil, c'est des mots qui s'organisent entre eux pour nous mettre en présence de personnes, hommes, femmes, enfants aussi, des personnes simples, ces personnes que l'on croise tous les jours, nos voisins, nos collègues de travail, à la sortie de l'école, chez nos commerces de proximité, ces personnes à qui l'on dit bonjour en pleine confiance. Des personnes ordinaires finalement, comme nous tous. Mais qui, comme nous tous aussi, ont leurs secrets, portent en elles leur enfance, leur histoire personnelle et familiale.

Et c'est tout cela que nous fait partager Zoé Derleyn avec une acuité toute particulière, ce regard vif, acéré, et néanmoins teinté de compassion qu'elle pose sur ses personnages. Parce qu'au fond, elle sait très bien, et nous aussi savons très bien, que c'est ainsi que va la vie...

De ce recueil "Le goût de la limace", je ne vous dirai que quelques mots sur la nouvelle au titre éponyme. Non pas parce que c'est la meilleure, ces dix nouvelles sont d'égale valeur. Mais parce que c'est peut-être celle qui a eu le plus de mal à passer, me laissant ce goût âcre, visqueux, gluant dont encore aujourd'hui je ressens les effets au fond de ma gorge nouée.

En ce matin, très tôt, l'aube encore, Ana s'affale dans un bar et y commande un café. Avec elle, Neal l'accompagne. La jeune femme ne sait pas trop qui il est mais, avec lui, elle se sent bien, en confiance. Elle n'a pas besoin de parler, il le fait pour deux. Elle n'a pas à lui dire qu'elle vient de passer la nuit dans les bras d'un autre homme, rencontré la veille lors d'une soirée chez des amis et dont elle se souvient à peine. Il ne le lui demande pas. Non, elle a juste à l'écouter, le regarder agir, et laisser ses souvenirs remonter, penser à Jean, son ami d'enfance et à leurs jeux, innocents mais si terriblement troublants. Et puis ... s'en aller, ou rester, histoire de comprendre peut-être pourquoi cet homme, Neal, lui a rappelé Jean, pendant quelques instants.

Une maîtrise parfaite de la nouvelle, de l'art de sa chute, c'est aussi ce que nous fait apprécier Zoé Derleyn. Et ce "Goût de la limace" prend alors une valeur littéraire supplémentaire et bienvenue.

 

Le goût de la limace
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 04/11/2017 11:10

Je n'ai jamais entendu parler de cet auteur et j'aime la façon dont tu en parles. Cela me donne vraiment envie de découvrir ce recueil et de me remettre à lire des nouvelles chose que je fais rarement. Merci pour ce partage

Martine 05/11/2017 10:58

Il faut lire des nouvelles! Allez, Manou! Rendez-vous lundi?!! :-)
Merci! Et bon dimanche!

Anne 02/11/2017 15:42

On ne peut qu'être tenté, forcément ! Ce sera pour la prochaine Foire du livre !

Martine 03/11/2017 16:52

Bonne future lecture alors! :-)

zazy 31/10/2017 22:47

J'aime ta façon d'en parler

Martine 01/11/2017 10:17

Ohhhh! Merci Zazy!

Philippe D 30/10/2017 21:10

Suis plutôt tenté, là...

Martine 31/10/2017 10:26

Tant mieux :-)

DF 30/10/2017 10:15

Ah, toi aussi! :-) Je l'ai justement chroniqué hier soir. J'ai surtout apprécié le travail sur l'écriture, plus que les intrigues, souvent minimales. A déguster lentement.

Martine 31/10/2017 10:27

Bien d'accord avec toi! Merci Daniel