Chère Ijeawele

Publié le par Martine

Chère Ijeawele

A la base, c'est ce "manifeste pour une éducation féministe" que m'a conseillé Pierre-Yves Ginet, fondateur et co-rédacteur en chef de la revue Femmes Ici et Ailleurs lors de notre réunion de rentrée le 28 août dernier aux éditions du 8 mars à Lyon.

N'étant pas disponible en librairie, j'ai dû le commander et ce n'est que récemment que je l'ai lu. Une lecture rapide vu la très courte taille de cet ouvrage, paru chez Gallimard, qui compte à peine 77 pages. Mais quelles pages!!!

Une réflexion pleine et entière, sensée, d'une logique implacable, c'est ce que propose Chimamanda Ngozi Adichie à son amie Ijeawele qui vient de donner naissance à une petite fille, Chizalum, et qui souhaite lui offrir une éducation un tant soit peu à caractère féministe. Je vous rassure tout de suite. Il ne s'agit pas là d'entendre des vérités toutes faites, assénées comme autant de jugements sans appel. Non! Ce que propose Chimamanda Ngozi Adichie à son amie, ce sont quinze suggestions. Libre à elle ensuite de les retenir et de les appliquer. De n'en retenir que quelques-unes et de les mettre en pratique. Ou même de ne pas en tenir compte.

Et c'est là que se trouve la force de cette lettre. Dans ces suggestions qui ne sont que cela, des suggestions. Et des suggestions tellement pleines de bon sens, qu'on ne peut qu'avoir envie de les écouter et de les suivre. Truffées de constats, d'anecdotes, de souvenirs, de faits réels et vécus par toutes et tous, ces suggestions, j'aurais aimé que quelqu'un me les propose à moi aussi pour l'éducation de ma fille bien sûr mais surtout pour l'éducation de mes enfants, ma fille et mes fils. 

Si je vous en parle aujourd'hui, c'est simplement parce que, depuis quelques jours, une vague bouleversante de témoignages féminins majoritairement (mais des hommes aussi se "lâchent") déferle sur les réseaux sociaux et sur Facebook en particulier. Moi aussi, je pourrai dire "me too" mais ce n'est pas dans mon tempérament de m'exprimer ainsi publiquement. Et je ne le ferai pas.

Par contre je plussoie au constat désespérément navrant de tout ce que ces témoignages révèlent. Et cette lecture-ci prend vraiment toute son importance. il faudrait des milliers, des millions de Chimamanda Ngozi Adichie pour réveiller les esprits, faire prendre conscience de ces réalités qui nous cantonnent dans un genre bien défini, féminin et masculin, avec tous les stéréotypes qui y sont associés, et nous invitent à en sortir, à les déposer à nos pieds comme autant d'armes dont on ne veut plus.

Ce petit livre coûte 8,50€. Ce n'est pas grand-chose quand on pense à tout ce qu'il nous apporte. Alors, s'il vous plait, lisez-le! Merci.

 

Chère Ijeawele
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aymeline Fonvieille 20/10/2017 08:36

Je ne connaissais pas ce livre mais j'ai entendu dire beaucoup de bien de cette autrice, il faudra que je le lise :)

Martine 20/10/2017 19:21

Il faut, oui! Bonne lecture!