La voie des âmes

Publié le par Martine

La voie des âmes

Retour sur ce roman lu au printemps et sur lequel je n'ai pas pris le temps de revenir alors qu'il mérite amplement qu'on en parle. D'autant plus que j'ai eu l'immense plaisir de rencontrer l'auteur en avril dernier et que je garde un magnifique souvenir de cet entretien.

Alors qu'il est en mission à New-York, sollicité par la police locale pour le don particulier qu'il possède de pouvoir vivre les derniers instants d'une victime d'agression criminelle au simple contact de sa main, Richard Neville, policier de la police française, apprend brutalement l'agression dont vient d'être victime sa chère épouse, Clara, assassinée en pleine journée à Central Park.

Dévasté par le chagrin, rongé par le remords de n'avoir pas pu être présent au côté de Clara lors de ses derniers instants, impuissant également face à la détresse de leurs enfants, Richard Neville se voit, dès le soir du meurtre, victime d’hallucinations. Des faits étranges se produisent, l'amenant à penser que c'est Clara qui se manifeste ainsi pour lui dire au-revoir et lui permettre d'élucider ce crime odieux.

Cette impression, ce sentiment tendent à se confirmer lorsqu'une femme, que Richard n'a jamais vue, ni rencontrée, se présente à lui et lui propose un bien curieux marché : revenir quelques instants avant le meurtre de Clara pour qu'il puisse la sauver, en échange de son obéissance absolue ensuite. Un cas de conscience se pose à lui : accepter et s'exposer au pire dans l'ignorance qu'il est de ce qu'on attend de lui, ou refuser et vivre avec ce remords qui le rongera jusqu'à la fin de sa vie?

Si Laurent Scalese, l'auteur de ce roman "La voie des âmes", paru chez Belfond, n'est pas un inconnu dans le monde de la littérature fantastique et policière, pour moi, ce fut une réelle et une très belle découverte. En effet j'apprécie beaucoup la littérature policière, les thrillers, mais je ne suis absolument pas fan de surnaturel, de fantastique. C'est dire si la quatrième de couverture, et la présentation de l'attachée de presse, m'ont fait hésiter. Mais la curiosité a été la plus forte et, pour une fois, a eu bien raison de s'imposer!

Car ce roman, certes avec une intrigue capitale, est avant tout un roman humain. Une histoire d'amour entre deux êtres que la réalité dans sa pire brutalité rattrape et rompt. Une histoire d'amour filial également. Car, dans la décision que doit prendre Richard Neville, intervient la place de ses enfants. Pour leur assurer la présence de leur mère à leur côté jusqu'à ce qu'ils s'envolent vers leurs vies d'adultes, est-il prêt à s'exposer ainsi? à se mettre peut-être lui-même en péril?

La grande question qui se pose alors est : jusqu'à quel point pouvons-nous accepter de risquer notre avenir par amour et pour le bonheur de nos enfants?

Ce roman; c'est celui de la sincérité, de l'authenticité. Impossible de se voiler la face, de faire semblant et il en devient d'autant plus bouleversant. Avec un récit qui va crescendo, qui nous prend aux tripes et nous donne envie, malgré ou à cause de tout ceci, de croire en la vie et en ce qu'elle a de plus fort. Servi par une écriture très travaillée, puissante et ô combien vibrante, vivante!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Binchy 16/06/2015 16:28

Tout nous donne envie de le lire Martine ! Merci encore pour cette excellente chronique.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.

Martine 19/06/2015 10:31

Merci beaucoup, chère Bernadette! Gros bisous

Emma 16/06/2015 09:37

Je n'ai lu de lui qu' un petit policier écrit avec Thilliez que j'avais aimé, j'ai donc déjà repéré celui-ci.

Martine 19/06/2015 10:31

Bonne prochaine lecture!

Missboutons 15/06/2015 14:14

Waouh !!! ta présentation me donne envie de le lire aussi celui ci !!!!!
Bisous !

Martine 16/06/2015 07:49

Alors lis-le! Tu seras séduite! tout comme moi! Merci Corinne