Partir

Publié le par Martine

Partir

Pour qui travaille au quotidien auprès d'un public de migrants, ce recueil de nouvelles d'Isabelle Collombat, paru aux éditions Thierry Magnier, ne pouvait que parler!

Partir.

Dix nouvelles. Dix histoires d'enfants, de jeunes, qui quittent leur pays de naissance par contrainte, pour suivre leurs parents, parce que la situation dudit pays ne leur permet plus d'y vivre ou dans l'espoir d'une vie meilleure...

Mais partir aussi seul, parfois. Simplement pour sauver sa peau et laisser l'espoir à sa famille que, pour lui, pour elle, tout va aller mieux, là-bas, dans cet autre pays, celui dont on a l'assurance que l'on y vit bien...

Ces dix histoires ne peuvent que m'émouvoir. Dans mes cours de français langue étrangère, des jeunes gens comme ceux-ci, des garçons, des filles, j'en ai accueillis, j'en accueille encore, pour leur permettre de se familiariser avec notre belle langue et de pouvoir intégrer ensuite un cursus scolaire mieux adapté, plus en p)hase avec leurs aspirations.

Moi aussi, je connais Sacha, féru de foot, Douangchanh, Tonio sans parler de Nur, cette belle jeune fille dont le prénom signifie Lumière!

Même si leurs parcours de vie ne sont pas forcément identiques, eux aussi, tout comme les personnages centraux de ces nouvelles, ont eu besoin d'apprendre à faire le deuil de ce pays dans lequel ils ne retourneront sans doute jamais. Eux aussi ont dû et doivent encore apprendre cette langue étrangère qui est désormais la leur. S'intégrer dans ce nouveau pays dans lequel ils sont projetés sans, la plupart du temps, qu'on leur ait demandé leur avis. Apprendre aussi une nouvelle culture, s'en emparer, la faire leur. Et surtout se laisser apprivoiser pour mieux pouvoir à leur tour apprivoiser cette nouvelle vie et en faire quelque chose qui leur ressemble, à la fois avant avec leurs racines, aujourd'hui avec toutes les difficultés afférentes et demain avec tous les espoirs qui y sont accrochés...

Ce très beau recueil, je l'ai ouvert avec avidité, puis lu avec émotion et les larmes aux yeux bien souvent et refermé avec reconnaissance. Mes jeunes sont là, dans ce Partir, et ils y sont dignement présentés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pahi 25/04/2014 20:52

Lorsque l'on a une petite-fille qui, à 13 ans, parle de quitter notre beau pays, on ne peut qu'avoir un énorme pincement au cœur en lisant ta chronique... Ah que cela m'attriste !
Gros bisous, chère Martine.

Martine 26/04/2014 10:41

La réciproque est vraie, ma Denise. Mais partir où, comment, pourquoi? Dans ce recueil, les enfants et les jeunes sont partis malgré eux. Toujours. Mon fils aussi rêve de partir. Le fera-t-il un jour? Et dans quelles conditions? Tout doit s'envisager.
Je t'embrasse très fort.

Binchy 23/04/2014 09:57

Je viens te souhaiter une très belle journée Martine et viendrai lire tous tes articles en retard plus tard car j'ai à nouveau beaucoup de retard sur la blogo.
Je t'embrasse très fort.
Bernadette.
P.S. : J'ai du mal à retrouver tes réponses avec ta nouvelle version alors si tu peux me répondre par mail, ce sera mieux... Si tu le peux bien évidemment.

Martine 23/04/2014 17:57

Merci Bernadette. J'espère que tu as passé aussi une bonne journée! Merci pour ta remarque concernant mes réponses aux commentaires. Elles se font en lien direct avec le commentaire mais peut-être ne sont-elles plus répercutées sur les mails des lecteurs? Je vais voir ce que je peux faire et je te dis!
Gros bisous!!!